LE FILS DE L'ANE

 

Un petit lexique en bas de page pour vous aider.....

 

Prisses d'AvennesIl y avait une femme qui était mère de sept garçons et une fille. Les garçons étaient ensemble à construire une saqieh, et la fille s'en allait leur porter à manger, quand un ogre survint et l'enleva. Au troisième jour, les frères rentrèrent au logis et questionnèrent la mère qui leur dit : "Depuis avant-hier que votre soeur est sortie pour vous porter le pain, elle n'est pas de retour." Ils allèrent, suivant la trace de la jeune fille sur le sol, jusqu'à l'endroit où l'ogre l'avait ravie, et revenus à la maison, ils chargèrent de pain sept chameaux et sept autres d'eau, puis ils mirent leur mère sur un âne.

Mais ils n'avaient pas fait une demi-poste que la vieille avait déjà bu l'eau des sept chameaux, et elle disait encore : "De l'eau !" Alors ils reçurent dans leur écuelle l'urine de l'âne et la lui donnèrent à boire. Le plus jeune d'entre eux fit entendre que la mère ne pouvait rendre de services, et ils l'abandonnèrent; ensuite ayant rechargé les chameaux, ils parvinrent auprès de leur soeur chez l'ogre. Celui-ci était rentré : "Je sens, dit-il, une odeur étrangère !" Et d'un coup, malgré les cris de la jeune fille, il précipita les sept garçons dans un puits.

Or, leur mère, par l'effet de l'urine de cet âne, était devenue grosse et elle accoucha d'un garçon. Et elle était inquiète au sujet de la chèvre qu'elle possédait : "Qui donc maintenant, disait-elle, me la mènera paître ?" Le nourrisson parla : "C'est moi, maman; donnez-moi la provision, et je la mènerai." Et il s'empara de la provision, et s'en fut conduisant la chèvre. Chemin faisant, il assomma tout d'abord deux enfants, et le second jour, il réunit deux autres chèvres à celle qu'il conduisait; alors une vieille l'injuria : "Et tes frères ? Et ta soeur ?" L'enfant retourna auprès de sa mère, et ayant mis une chaudière sur le feu, dès que l'eau vint à bouillir, il saisit la femme par la tête : "Dis moi où sont allés mes frères et ma soeur, quel est mon père ?" Elle répondit : "Ton père, c'est l'urine de l'âne; tes frères, c'est un ogre qui les a enlevés."

Il prit alors le nom d'Hamed, celui qui est le fils de l'âne. Ensuite, il s'en alla égorger sept moutons et fit du pain de sept ardebs de blé; après quoi, sans se lever, mangea moutons et pains; puis il prit un palmier (comme tuyau de pipe), l'introduisit dans un magasin à blé, et bourrant le magasin de tabac, il se mit à fumer. Enfin il partit. Il arriva chez l'ogre et trouva sa soeur; à ce moment, l'ogre était sorti; la fille fut prise de terreur : "C'est encore un ogre et il va ne faire de moi qu'une bouchée !" "Vas-tu bien te taire et te tenir tranquille !" cria son frère, et comme l'ogre rentrait et saluait, "Va-t-en bien vite lui ordonna-t-il, te laver les mains avec deux quintars de savon, et reviens faire notre repas." Ainsi fut fait. "Retourne encore te laver." Et l'ogre partit, il avala le repas à lui seul. L'ogre rentra, alors le Fils de l'âne saisit l'enfant que celui-ci avait eu de la jeune fille, et lui dit : "Mange ton enfant ! Voilà ton dîner à toi, et si tu ne le manges pas, je te démolis !"

L'ogre mangea; quand il eut fini, le Fils de l'âne lui dit :" Et maintenant, amène-moi mes frères qui sont là-bas." Ils entrèrent: leurs cheveux avaient quarante coudées, et quarante coudées avaient leurs ongles. Il dit encore à l'ogre : "Je veux donc quarante de tes chameaux, quarante ânes, quarante mulets et quarante chevaux." L'ogre les amena; alors ils chargèrent sur les animaux tout le bien qui venait de ses rapines; et le Fils de l'âne, les garçons et la fille sortirent devant la maison : ils plantèrent l'ogre (comme un pieu) et l'ayant frappé de balles, ils le laissèrent à plat sur le sol.

 

LEXIQUE

saqieh : roue à eau égyptienne

demi-poste : une poste correspond à la distance entre deux relais

ardeb : un ardeb vaut 198 litres

quintar : un quintar vaut un peu moins de 50 kg

coudée : une coudée vaut environ 50 cm

 

 

Ce conte est issu du recueil "Quelques contes nubiens"

écrits par Maxence DE ROCHEMONTEIX (1849-1891)

Elève de Gaston MASPERO, il travailla essentiellement au temple d'Edfou et entreprit la publication des textes du sanctuaire. Il étudia également les rapports du berbère et de l'égyptien et fut administrateur à la Commission des Domaines de l'Etat égyptien de 1879 à 1885.

 

Merci à Claude Laversanne pour ces textes retrouvés

Haut de page