Les Bécharias, derniers nomades du désert de Nubie vivent d'élevage de moutons et dromadaires entre l'Egypte et le Soudan. Grands et maigres, à la chevelure afro, ils parlent une langue dont l'origine n'est ni arabe, ni nubienne : le Rutana.

Ne cherchant pas à se sédentariser, ils ont la réputation, pour ceux qui ont eu la chance de les approcher, d'être doux, timides, n'aimant guère le contact et les photos. Sous leur tente, ils perpétuent leur tradition, notamment la cérémonie du "jabana", un café soudanais broyé avec des épices.

Ils vivent ainsi, depuis 3000 ans, conduisant inlassablement leurs troupeaux vers les points d'eau, avoisinant depuis environ 15 ans les rives du Lac Nasser.

 

Retour