LE SPEOS DE NEFERTARI

A quelques centaines de mètres de son Grand Temple, Ramsès II consacra un autre spéos, appelé "Nefertari pour qui se lève le soleil (Rê-Horakhty)". Creusé dans le rocher d'Ibshek, domaine où résidait Hathor, le temple est dédié à la déesse et à la Grande Epouse Royale. La pierre a été magistralement travaillée et les détails saisissent le plus insensible des visiteurs car ici :

Tout n'est que beauté, rappelant la grâce de Nefertari.

Tout n'est qu'allusion à Hathor, déesse de l'amour, la joie, la danse et la musique.

Tout n'est que féminité.

Temple de Nefertari : Photo Corine Dalle
La façade, qui regarde le Nil, est décorée de six statues colossales semblant sortir de leur niche pour se diriger vers le soleil. Elles représentent deux groupes parfaitement symétriques : Ramsès II, Nefertari et Pharaon en Ptah au Nord alors qu'au sud il est assimilé à Hapy, dieu de l'Inondation. Ces géants de pierre sont tous flanqués de statues plus modestes, figurant les enfants du couple mythique.
A l'intérieur du spéos, la salle hypostyle est composée de piliers hathoriques. Les tableaux représentent les scènes traditionnelles d'offrande aux divinités. Le souverain n'aparaît qu'à deux reprises, s'insérant discrètement dans un monde féminin mais affirmant sa place et son rôle. Les portraits de la reine et des déesses imprègnent ce lieu de culte d'un charme inhabituel.

Derrière une triple porte, les tableaux du vestibule présentent des scènes d'offrande d'un parfait parallélisme. On peut y voir, au nord, Nefertari vénérer la triade d'Eléphantine (Khnoum entouré de ses deux parèdres, Satet et Anouket) alors qu'au sud, Ramsès II rend hommage à trois des Horus de Nubie (Baki, Miam et Bouhen).

Nefertari  couronnée  Sothis : Photo Alain DrezeLes représentations de la reine se font plus éloquentes quant à son intronisation dans le monde divin. Elle abandonne le sistre d'Hathor pour tenir dans ses mains l'ankh, signe de vie. Elle reçoit des déesses Isis et Hathor une couronne ornée des attributs de Sothis, l'étoile du matin.

La Grande Epouse Royale ne semble plus être la maîtresse mais la déesse des lieux.

Le temple rupestre se termine par le Saint-des-Saints. Deux reliefs symétriques représentent deux Hapy. Ils encadrent une statue d'Hathor libérant Ramsès II, ici Pharaon-Inondation.

Photo extraite de  : "Le secret des temples de la Nubie" de Christiane Desroches Noblecourt

 

Le message du spéos de Nefertari différe de celui de la majorité des grands centres cultuels. Ramsès II innove ici à plusieurs reprises.

A côté de son Grand temple dédié aux principales forces créatrices masculines, il consacre entièrement une fondation à "l'entité féminine", représentée par Hathor, Isis et Nefertari divinisée.  La descendance de pharaon est ainsi assurée.

Même si Nefertari occupe la majorité des tableaux, Ramsès II reste l'acteur essentiel dans les scènes d'offrandes. Mais afin qu'elle soit son égal, Nefertari sera tout comme lui déifiée.

Quant aux détails architecturaux, ils ne sont que contraste avec le gigantesque qui émane de ceux du Grand Temple.

A côté de la force guerrière trône à jamais la force envoûtante de la féminité...

Page d'accueil