Hamza el Din et son OudS’il devait y avoir un drapeau nubien, il serait bleu jaune vert, dans le sens horizontal...

"le bleu du ciel, le jaune du désert et le vert des récoltes et des berges"

"Les Nubiens voient ces couleurs autour d’eux chaque jour… Nous chassons dans le désert, nous péchons dans le Nil et nous faisons pousser des récoltes sur les berges. Nous avons toujours été des paysans du désert, et les gens du désert ont toujours été enclins à la spiritualité. Quand vous voyez le vaste ciel avec ses étoiles et l’infinité de l’espace, nuit après nuit, vous ne pouvez que réfléchir à cela" Hamza el Din (ambassadeur de la musique nubienne).

La Nouvelle Nubie n'est autre que la Nubie née de la création des barrages : rappelons que la construction du Saad-el-Ali a définitivement rayé de la carte l'espace occupé par les Nubiens en Basse Nubie.

Tout le monde connaît aujourd'hui la Nouvelle Nubie grâce à ses temples égyptiens sauvés des eaux ! Dans la conscience collective, le Lac Nasser est lié au formidable sauvetage de tout un patrimoine archéologique antique !

Mais qui s'intéresse vraiment au peuple en lui-même ? Comment ces hommes, ces femmes avec leur agriculture, leur coutumes, leurs rites ont-il vécu la disparition de leur espace ? Dans quelles conditions ont-ils été transférés ? Comment se sont-ils adaptés dans ces zones de réinstallation planifiées ? Qu'est-il advenu de leur identité ?

En m'appuyant sur le livre de Frédérique FOGEL "Mémoires du Nil", je vous propose ici de mieux comprendre la naissance de cette Nouvelle Nubie.

Retour